Les Larmes Rouges

L'auteure

30533_104424089603609_100001080568546_40228_6865063_a

Georgia Caldera est née en 1982, dans cette magnifique région qu'est la Touraine. Depuis son plus jeune âge, elle dévore quantité de livres en tous genres, avec néanmoins une affection toute particulière pour la littérature gothique et n'hésite pas à dégainer régulièrement la plume.

Avec pour auteurs de prédilection Edgar Allan Poe, Bram Stoker, Sheridan Le Fanu ou encore Anne Rice, c'est dans les univers sombres et fantastiques qu'elle trouvera son propre style. Un style qu'elle explore à la fois avec les mots, mais également à travers l'image, étant illustratrice de formation. 

Ainsi, c'est après plusieurs années d'études en art qu'elle décide de se tourner plus concrètement vers l'écriture, accompagnant toujours ses productions de supports visuels ayant pour but de donner aux lectures un aperçu de ses personnages et de leurs tourments.

(site officiel - Facebook - Page des Larmes Rouges - Facebook des Larmes Rouges)

 

Tome 1: Réminiscences

Larmes rouges T1

Résumé:

« Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!

Trailer:

 

Mon avis:

Au début, lors de la pré-commande sur le site des Editions du Chat Noir, j'ai juste flashé sur le livre pour sa couverture si mystérieuse et troublante. Et cette phrase: "Le temps n’est rien… Il est des histoires qui traversent les siècles…" m'intriguait fortement.

Ainsi, je me suis lancé en ce dernier mois de 2011 dans le monde envoûtant des Larmes Rouges... et je n'ai pas été déçue du voyage!

Nous allons suivre la jeune Cornélia Williamson qui, après une tentative de suicide, commence à faire des rêves étranges.  Son père, pour lui faire changer d'air, décide de s'installer à Rougemont, village campagnard, paisible avec son château et sa forêt. Malheureusement la jeune fille ne cesse de revivre ces rêves qui l'obscèdent, serait-ce une vie antérieure qui se révèle à elle ou simplement le fruit de son esprit malade? Et ce Henri de Maletombes, l'étrange chatelain du vallage, pourquoi lui parait-il si familier?

Beaucoup de questions aparaissent au début, on ne peux que tourner les pages encore et encore pour savoir le pourquoi du comment. Qui est ce fameux Henri? Nous allons le découvrir tout doucement et, bien que je m'y attendais un peu, la révélation m'a vraiment étonnée. Nous passons d'un univers "normal" -une vie d'ado presque comme les autres- à un monde inquiétant et insoupçonné.

Le caractère de Cornélia m'a parfois agacé, certes la curiosité est un défaut assez répandu (j'en porte moi-même le virus) mais à ce point là ça devient de l'inconscience par moment! Sous ses airs de jeune fille sage et rangée, se cache une audace qu'elle-même ignorait et qui parfois frôle l'indescence (je repense notamment à sa première visite du château de Rougemont) et ces brusques changements de caractère sont un peu déstabilisants. Contrairement à Henri, Cornélia est un vrai moulin à paroles, d'ailleurs le chatelain n'hésite pas à le lui faire remarquer régulièrement.

A propos de ce dernier, j'avoue avoir au début eu un peu de mal à le cerner mais sa vraie nature saute aux yeux. Son mutisme sur la grande partie du roman est un peu pesante, mais cela ajoute du piment car les révélations sont débitées petit à petit, raison de plus pour ne pas lacher le livre et savourer tous ces rebondissements et leurs suites!

Les divers personnages secondaires ne manquent pas de personnalité non plus, je pense notamment à Nathalie, Charlotte, Léandre, et j'en passe. Chaque passage entre songe et réalité apporte de nouveaux éléments dans l'histoire de la jeune fille, de nouvelles questions et certaines réponses; la frontière entre les deux devient diffuse et même nous, lecteur, nous perdons pied avec elle pour nous enfoncer dans ce monde -pas si parallèle que cela peut paraître- et en ressortir troublé et haletant de savoir la suite.

Certes j'ai mis un certains temps pour le finir car mon débit de lecture s'est amenuisé avec les fêtes, mais la seule chose à laquelle je pensais en reposant le livre était "vivement la suite" ou "quand vais-je pouvoir m'y replonger?". Georgia a ce je-ne-sais-quoi dans son écriture si prenante qui sait nous captiver et nous emmener là où bon lui semble. Le quotidien se teinte de morbide, les âmes sensibles se cachent les yeux et en les rouvrant, voici que cette illusion fortement réelle a disparu. On ressent dans sa plume ses goût et influences: le gothisme et l'horreur avec une pointe de romantisme.

On ne peut qu'adhérer à ce roman hors-normes, qui nous entraine à la frontière entre rêve et réalité, on se laisse bercer par la triste mélodie de cette ancienne vie ressurgissant de nulle part et qui s'ancre dans notre ère. Une histoire mortelle, qui malgré quelques chapitres un peu longs, sait nous faire palpiter et nous rendre impatient de la suite.

Je le recommande vivement à tous les amateurs du genre (et les autres pardis!) car ce er tome est une pépite qu'il ne faut pas laisser passer. Vivement 2013 pour replonger et savourer la suite de ce festin sanglant et romanesque!

Ma note: coeur rouge Hellogif

+1 pour fangsaddict2j

 


Artbook tome 1

larmes rouges artbook

Mon avis:

Ce petit livre (vraiment peu épais ^^) contient un "résumé" du roman, des illustrations de l'auteure sur certains passages.

J'ai bien apprécié le fait que Georgia ait mis des citations ou des extraits avec le n° du chapitre correspondant à l'illustration, ça m'a permis de me replonger dans l'histoire, de revivre ce roman si particulier. Parfois nous avons le droit juste à quelques phrases, d'autres fois c'est carrément un long passage équilavent à une page, donc c'est aussi varié qu'étoffé, tout comme ses illustrations.

Ces dernières sont diverses: on retrouve aussi bien du dessin pur, des photo-manip' ou du dessin digital. Elles collent parfaitement à l'idée que je me faisais de l'ambiance du roman et les détails sont vraiment bien exécutés (je parle des dessins bien sûr). Je trouve aussi que Cornélia a un air de ressemblance avec sa créatrice, peut-être est-ce volontaire... ou l'inconscient a fait ressortir ce trait chez ce personnage. Autre personnage qui colle pile poil avec l'image que je m'en étais créé: Alphaïce, certes il s'agit d'une photo mais la femme qui l'incarne, les couleurs, le style de la photo correspond parfaitement à sa personnalité.

Ce que j'ai trouvé dommage, c'est qu'elles sont toutes dispo sur sa page Facebook donc la surprise n'est pas au rdv. Autre petit point noir, on termine (trop) vite à mon goût le parcours de cet artbook, bon c'était le premier du genre que je lisais (regardais?) donc je ne sais pas s'il y a une "longueur" particulière, mais j'ai vraiment apprécié d'entrer dans l'univers visuel, de découvrir le vrai visage des personnages ou tout du moins celui que Georgia a imaginé au moment de l'écriture.

Enfin voilà, un avis court mais qui va droit au but ^^, ce livre est un complément visuel du roman; si vous n'avez pas Facebook vous aurez alors le plaisir de découvrir en détails les illustrations; dans le cas contraire, tout est déjà vu (mais entre un écran et un support papier il y a une nette différence de qualité, bien sûr je suis pro-papier ^^)